02/12/2021
International Actualités

Ghana: le gouvernement impose une taxe sur les e-paiements

Ghana: le gouvernement impose une taxe sur les e-paiements

Le ministre ghanéen des Finances Ken Ofori Atta

Comme tous les autres pays de la sous-région, le Ghana aussi a connu des répercussions sur ses prévisions fiscales durant la pandémie. L’Etat ghanéen a été obligé de multiplier les actions sociales pour pouvoir s’en sortir indemne.

 

Cependant, il n’y a pas de fumée sans feu. Ces diverses actions sociales ont augmenté la dette publique. Face à cette grosse dette, les autorités ghanéennes ont décidé de se reposer sur les transactions financières électroniques pour se relancer.

Lire aussi: Ghana Start-up Summit : 7 000 jeunes formés au numérique

Pour ce faire, une taxe de 1,75% est désormais imposée sur les transactions financières électroniques. L’annonce a été faite le  mercredi 17 novembre 2021 par le ministre des Finances Ken Ofori Atta lors de la présentation du budget 2022. Il a indiqué que la taxe s’appliquait à toutes les transactions électroniques y compris les Mobile Money, les transferts bancaires et le paiement marchand.

 

Il a déclaré : « Après de longues délibérations, le gouvernement a décidé d’imposer une taxe sur toutes les transactions électroniques pour élargir le filet fiscal et toucher le secteur informel. Cela sera connu sous le nom de « prélèvements sur les transactions électroniques ou prélèvements électroniques » ».

L’application de la taxe rentrera en vigueur au début de l’année prochaine plus précisément le 1er janvier 2022. Si le gouvernement voit en cette taxe un moyen pour faire renaître l’économie ghanéenne, d’autres ne le pensent pas ainsi.

Lire aussi: Ghana: une startup utilise la télémédecine pour aider les patients

En effet, pour Charles Adu, le responsable national des relations publiques de l’Association des agents mobile money, cette taxe gouvernementale est à déplorer car elle va à l’encontre des efforts qui visent à faire de l’économie ghanéenne une société sans numéraire.

 

Pour le ministre des Finances Ken Ofori Atta, les recettes de cette taxe serviront de soutien à l’entrepreneuriat, l’emploi des jeunes, la cybersécurité, le numérique et le développement des infrastructures routières.

About Author

Jude Kpakou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *