02/12/2021
International Actualités

Ghana: une startup utilise la télémédecine pour aider les patients

Ghana: une startup utilise la télémédecine pour aider les patients

La télémédecine rassemble toutes les technologies qui interviennent dans les prestations de santé à distance ainsi que l’échange des informations médicales. En Afrique subsaharienne, les médecins sont souvent en nombre insuffisant par rapport à la population. Selon les données de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), l’Afrique subsaharienne compte 0,23 médecin pour 10 000 habitants.

Dans le but d’améliorer les services médicaux dans la sous-région, plusieurs innovations technologiques ne cessent de voir le jour chaque année. Dans cette optique, une startup ghanéenne (Africa Health Holding) spécialisée dans les technologies de la santé propose un service de télémédecine qui est pour l’instant présent qu’au Ghana.

Lire aussi: Sommet Afrique-France: l’outil numérique togolais eCentre convivial fait sensation

Cependant, le service de télémédecine de la startup ghanéenne Africa Health Holding va bientôt être présente dans deux autres pays africains. A cet effet, 18 millions de dollars soit 11 milliards FCFA ont été annoncés pour le financement.

Sangu Delle, le PDG de la startup a déclaré : « Africa Health Holding va se développer en apportant sa technologie de télémédecine à plusieurs pays. Actuellement, le service de télémédecine n’existe qu’au Ghana, mais il sera bientôt étendu au Kenya et au Nigeria ».

Le service de télémédecine de la startup ghanéenne est utilisé via son application « MyCareMobile ». Par le biais de cette application, les patients peuvent accéder à divers services de santé notamment les consultations médicales et le recours aux urgences. MyCareMobile permet aussi de savoir en temps réel les résultats des tests et des analyses médicales.

Appelées sous la dénomination des Healthtech, ces startups spécialisées dans les technologies de la santé sont devenues très populaires depuis le début de la pandémie.

Lire aussi: Ghana Start-up Summit : 7 000 jeunes formés au numérique

About Author

Jude Kpakou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *