10/12/2022
International Actualités

TikTok accusé de causer des troubles mentaux

TikTok accusé de causer des troubles mentaux

Les responsables du réseau social TikTok ont affaire avec la justice. En effet, une ancienne modératrice de contenu du réseau social a déposé plainte contre l’application de la société mère ByteDance.

Cette ancienne modératrice accuse le réseau social chinois d’avoir fourni des garanties inadéquates pour protéger sa santé mentale.

Via un recours collectif déposé devant le tribunal de district central de Californie, Candie Frazier a affirmé avoir passé plus de 12 heures par jour à modérer les vidéos TikTok et ce, pour une société du nom de Telus International.

En effet, en ce temps, la modératrice de contenu a affirmé avoir été témoin de vidéos choquantes. Candie Frazier affirme avoir vu des fusillades de masse, des viols d’enfants, du cannibalisme, génocides et meurtres de gangs.

Comment Candie Frazier visualisait ces vidéos ?

Lire aussi: TikTok déploie de nouvelles fonctionnalités d’édition

Face à l’énorme volume de contenu téléchargé quotidiennement sur TikTok, elle et ses collègues modérateurs devaient regarder entre trois et dix vidéos simultanément, avec de nouvelles vidéos chargées au moins toutes les 25 secondes. Les modérateurs ne sont autorisés à prendre qu’une pause de 15 minutes au cours des quatre premières heures de leur quart de travail, puis des pauses supplémentaires de 15 minutes toutes les deux heures par la suite.

TikTok n’a pas respecté les normes de modération de contenu

Lire aussi: Bénin : un Tiktokeur arrêté par la Police

Le procès a clairement indiqué que le réseau social chinois n’a pas respecté les normes en ce qui concerne les méfaits de la modération de contenu.

Ces normes sont d’offrir:

  • Aux modérateurs des pauses plus fréquentes
  • Un soutien psychologique
  • Des garanties techniques concernant le flou ou la réduction de la résolution des vidéos en cours d’examen.

Etant donné que toutes ces règles ont été violées par TikTok, Frazier a déclaré avoir été victime de traumatisme psychologique grave, de dépression ainsi que d’anxiété. Le procès a même souligné : « Frazier a du mal à dormir et quand elle dort, elle fait des cauchemars horribles. Elle reste souvent éveillée la nuit en essayant de s’endormir, en rejouant des vidéos qu’elle a vues dans sa tête. Elle a des attaques de panique graves et débilitantes ».

Ceci reflète les mauvaises conditions de travail que les GAFAMS (YouTube, Facebook, Google) et autres infligent à leurs modérateurs. Un procès similaire avait déjà eu lieu en 2018 où Facebook a été contraint de reverser plus de 52 millions de dollars soit plus de 31 milliards FCFA à ses modérateurs de contenu.

About Author

Jude Kpakou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.