17/09/2021
International Actualités

Des chercheurs font la bio-impression 3D d’une viande de bœuf

Des chercheurs font la bio-impression 3D d’une viande de bœuf

Des chercheurs de l’Université d’Osaka ont utilisé la bio-impression 3D pour créer une viande synthétique structurée qui imite la texture unique et complexe du bœuf Wagyu. Cette tendance est en train de se développer à cause des effets de serre générées par l’élevage. Certaines personnes estiment qu’il faut réduire immédiatement et considérablement les émissions de carbone.

Parmi les viandes communes, le bœuf est de loin le plus gros contrevenant, générant 60 kg d’émissions de gaz à effet de serre par kg de viande produite.

Dans un effort pour construire de la viande synthétique qui imite plus fidèlement la vraie , des chercheurs de l’Université d’Osaka ont utilisé des cellules souches de vaches Wagyu pour imprimer en 3D une alternative à la viande avec ses muscles, sa graisse et ses vaisseaux sanguins disposés pour ressembler étroitement au steak de wagyu.

Le steak Wagyu se distingue par sa teneur élevée en graisse intramusculaire, connue sous le nom de marbrure ou sashi. « En utilisant la structure histologique du bœuf Wagyu comme modèle, nous avons développé une méthode d’impression 3D qui peut produire des structures complexes sur mesure, comme les fibres musculaires, la graisse et les vaisseaux sanguins », a expliqué le Dr Dong-hee Kang, ayant participé à cette activité scientifique.

Ils ont bio-imprimé des fibres individuelles qui incorporaient des muscles, de la graisse ou des vaisseaux sanguins, fabriqués à partir de ces cellules. Les fibres ont ensuite été disposées pour reproduire la structure de la viande Wagyu, les fibres étant alignées dans un gel semblable à un tendon.

Dans leur démonstration, les chercheurs de l’Université d’Osaka ont utilisé 72 fibres (42 muscles, 28 tissus adipeux et deux vaisseaux sanguins) et ont produit un morceau de viande synthétique d’un diamètre de 5 mm et d’une longueur de 10 millimètres.

« En améliorant cette technologie, il sera possible non seulement de reproduire des structures de viande complexes, comme la belle sashi de bœuf Wagyu, mais aussi de faire des ajustements subtils aux composants de graisse et de muscle », a déclaré Michiya Matsusaki, auteur principal de la Nature Etude de communication. Il faut noter que cette technologie est beaucoup plus utilisée pour créer des organes et tissus humains.

About Author

Assou Afanglo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *