17/09/2021
Nouvotech

Togo/Cyberespionnage de religieux : des fidèles laïcs catholiques réagissent

Togo/Cyberespionnage de religieux : des fidèles laïcs catholiques réagissent

Une enquête menée par les quotidiens « Le monde » et « The Guardian »‚ a révélé une manœuvre de cyberespionnage du régime au pouvoir. Des hommes religieux catholiques et des opposants politiques auraient été les cibles du logiciel espion‚ Pegasus. Parmi eux‚ Mgr Benoît Alowonou et le Père Marie Pierre Chanel Affognon. À travers un communiqué‚ les fidèles laïcs catholiques ont condamné cet acte qui pourrait aisément traduit comme une violation de leur vie privée.

DÉCLARATION DES FIDELES LAÏCS CATHOLIQUES SUITE À L’ESPIONNAGE NUMÉRIQUE DE  MGR BENOÎT ALOWONOU ET DU PÈRE PIERRE MARIE CHANEL AFFOGNON

Dans sa parution n°23507, du 04 août 2020, le quotidien français « Le Monde », publie sous le titre « Au Togo, des opposants ciblés par un logiciel espion », un article qui nous apprend que Monseigneur Benoit ALOWONOU, Président de la Conférence des Evêques du Togo (CET) et Evêque de Kpalimé, et le Père Marie Pierre Chanel AFFOGNON, Directeur national de l’enseignement catholique et Aumônier des Cadres catholiques du Togo, entre autres, ont été l’objet d’un espionnage par des moyens de renseignements destinés officiellement à la lutte contre le terrorisme et la grande criminalité. 

Cette découverte a été possible grâce à une enquête menée par « Le Monde » et « The Guardian », et  le prélat et le prêtre font partie d’un groupe de six Togolais à avoir été ciblés par le logiciel espion israélien très sophistiqué dénommé Pegasus. Combien de personnes ont réellement été espionnées ?

Cette affaire qui n’est révélée publiquement qu’en ce moment, avait déjà amené Facebook, propriétaire de WhatsApp, à porter plainte en octobre 2019 aux Etats-Unis contre NSO Group. La société israélienne, rachetée par le fonds d’investissement britannique Novalpina Capital quatre mois plus tôt, est accusée d’avoir permis l’espionnage d’au moins 1 400 utilisateurs de WhatsApp dans le monde.

Nos Pasteurs qui sont ainsi écoutés ont pour mission, la direction et l’accompagnement spirituels qui sont des échanges relevant du for-interne pouvant se faire aujourd’hui par les moyens de communications classiques de même que la confession sacramentelle qui elle, se fait par contact physique. Fort de cela, nous nous posons la question de savoir si ce qui relève de nos vies privées et spirituelles ne se retrouverait pas, par hasard, dans des mains d’individus qui seraient prêts à le balancer dans le domaine public afin de porter préjudice à son auteur ?

Nous, mouvements et associations catholiques signataires de ce communiqué, condamnons donc cet acte qui viole d’une manière flagrante les dispositions de la Constitution de la République togolaise, de la loi n° 2012-018 du 17 décembre 2012 sur les communications électroniques, de la loi n° 2019-014 du 29 octobre 2019 relative à la protection des données à caractère personnel et aussi le secret de la direction spirituelle telle que pratiquée et conçue par l’Eglise catholique.

Les mouvements et associations catholiques signataires de ce communiqué, soutiennent totalement les victimes de cette situation, particulièrement leur Père Evêque et le Père Aumônier ainsi que tout le clergé et il se réjouit du caractère prophétique de l’engagement de l’Eglise à dire publiquement la vérité et à promouvoir la justice sociale en fidélité avec l’Evangile et sa Doctrine sociale. Nous les assurons de la prière de nos membres et de leur proximité filiale.

Nous demandons aux Autorités gouvernementales de communiquer sur cette situation afin d’éclairer l’opinion nationale et internationale sur ce qui apparait comme une atteinte grave du vivre ensemble afin de restaurer  la confiance qui doit régner entre l’Eglise et l’Etat, entre le peuple de Dieu et les responsables politiques qui sont également membres de ce même peuple de Dieu. 

Fait à Lomé, le 20 août 2020.

About Author

Raheem Junior

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *